5h58, la lumière est superbe, un vent léger témoigne d’un matin frais. Je me dirige vers ma voiture. Tout le matériel de plongée est prêt depuis la veille. Une légère excitation me parcourt, j’espère être seul ce matin. A cette heure, il ne devrait pas avoir grand monde. Je vais tenter de capturer la lumière du soleil levant mais mon objectif premier est de tester mon matériel.

Plonger dans la beauté du monde

Se jeter à l’eau

C’est la première plongée que je vais faire pour le projet |above & below|. Je n’ai aucune autre ambition ce matin. Je dois contrôler mon matériel de photographie sous-marin. Plonger demande beaucoup de concentration, tout doit être prêt et répéter afin que le moment venu, l’attention toute entière puisse être dévolue à la photographie. Si d’habitude je plonge en recycleur, ce matin, par simplicité, je vais plonger avec des bouteilles.

Mon bon vieux bi-bouteilles m’accompagne. Cela fait presque vingt ans que je plonge avec. Je l’adore, il est lourd, jaune mais dès que je l’ai sur le dos, je suis heureux. Si je ne m’étais pas mis à plonger avec un recycleur, je l’utiliserais à chaque fois.

Instant présent

J’aime la plongée parce qu’elle nécessite d’être dans l’instant présent. Il faut contrôler que tout aille bien, garder son équilibre, faire attention à sa profondeur et, de temps en temps, s’assurer d’avoir assez d’air, un détail mais quand même… Par contre, être dans l’eau, ce sentiment de planner, pouvoir se mouvoir dans toutes les dimensions, c’est magique.

Moules

J’aime le lac malgré ce qu’on pourrait croire car il est brut. Il abrite de très belles falaises, des espaces rocheux. Quelques poissons certes mais ce n’est pas là l’essentiel. Il me rappelle parfois l’Islande. Il est là, confiant. Il vous défie, teste parfois votre courage. Il fait froid et sombre dès qu’on descend mais le lac est toujours prêt à t’accueillir.

6h37, je suis prêt, agenouillé dans l’eau, je fixe mon appareil photo sur moi. C’est parti pour une heure de silence et d’horizontalité. Je descends peu aujourd’hui. Mon but est de profiter de la lumière naturelle. Tout semble bien se passer, mon appareil fonctionne. Je suis trop lourd, j’enleverai un peu de poids la prochaine fois.

Patience de pêcheur

Mon temps oscille entre prendre des photos, contrôler mon matériel et profiter de l’instant présent. L’heure passe très rapidement. Je décèle un petit problème avec mon appareil photo. Ce sera simple à corriger mais la plupart des photos prisent aujourd’hui seront inutilisables.

Vivre l’émotion

La beauté de la photographie est que pour faire une photo qui me parle, tant sous l’eau qu’en dehors, il faut une convergence d’événements qui ne se produit que rarement. Toujours associé à un peu de chance, j’arrive parfois à un résultat qui me procure une réelle émotion. L’autre soir, je suis parti à la chasse à l’orage, je suis revenu avec une seule photo qui me parle. Je vous la montrerai.

Verdure sous-marine

Il est passé 8h00. Je sors de l’eau, heureux. Les premiers plongeurs arrivent. Je remonte avec tout mon matériel, me change rapidement, remets tout le matériel dans le coffre. Voilà, ça y est. Tout est rangé.

L’odeur du néoprène

Le deuxième plaisir de la plongée, c’est le café qui suit. L’odeur du néoprène m’habite. Cette odeur, je la connais depuis de nombreuses années. Elle est liée à tant de souvenir. Un en particulier me revient, celui de plongées avec mon binôme, aujourd’hui disparu. Bien trop tôt, c’était mon meilleur ami, une confiance absolue en plongée. Je souris en pensant à lui.

above & below

Je m’arrête à la terrasse d’un café. Il est 8h32, la vie est belle.