Le soleil n’est pas encore tout à fait levé, je prends mon café. Tout est prêt. Je regarde Kali. Il va faire trop chaud pour elle aujourd’hui. Nous irons promener longuement ce soir. Je bois mon café, lis distraitement les dernières nouvelles.

Plongée Rivaz| loveLifefully | above&below

Prêt à partir

Je contrôle mes affaires, tout y est. Je suis prêt à partir. La journée s’annonce superbe. Je regarde une dernière fois Kali, lui dit au revoir et je pars. C’est parti pour une belle balade. J’enfourche mon vélo direction le lac de la Gruyère. Premiers coups de pédale, première difficulté. Il faut monter jusqu’à Châtel-St-Denis. A peine échauffé, ça monte… Une heure durant, je monte, tranquillement, régulièrement. Pour joindre l’utile à l’agréable, j’écoute un livre audio. J’aime faire cela, plutôt que de la musique dans mes oreilles, j’écoute un livre.

Le temps passe vite et je joins deux de mes centres d’intérêts principaux, la lecture et le sport… Ca ne m’empêche pas de transpirer, mais j’apprends. Ce livre parle de la façon dont on s’adresse à l’autre, comment faire de son mieux pour que le message que nous voulons partager soit transmis correctement. C’est intéressant, sur mon vélo, je n’ai personne avec qui partager alors, je m’imagine des situations, je me parle à moi-même. Et même là, je ne suis pas certain de me comprendre. Je me dis qu’il faut toujours garder cela à l’esprit. Un gouffre nous sépare bien souvent de notre vision d’une chose ou d’une situation à la perception que l’autre en a.

Châtel-St-Denis passée, je me dirige vers Bulle. La matinée est désormais magnifique. Il fait chaud, la nature est splendide. J’ai l’impression de filer à l’allure de mes rêves. Presque machinalement, mes jambes tournent, une sorte d’état méditatif s’empare de moi. Je suis bien, dans le moment présent, je réfléchis. La vie est fugace, espiègle parfois, difficile souvent. Il faut avancer pour rester en équilibre sur son fil. Ne pas s’arrêter trop longtemps. Avancer, imaginer, faire confiance. La vie, c’est faire du vélo. Sans savoir trop comment nous tenons en équilibre, le fait d’aller de l’avant nous maintient droit. Trop ralentir et nous risquons la chute.

Rencontres

A Hauteville, je décide de m’arrêter prendre un café. La terrasse est à moitié à l’ombre. Un couple de motard discute à la table voisine. Nous nous disons bonjour, échangeons quelques mots. Nous fonctionnons sur le même principe, le déplacement et la découverte, mais pas au même rythme. L’intention compte plus que le véhicule. C’est avec un large sourire que la serveuse me sert mon café. L’être humain a cette capacité incroyable. Un simple sourire peut transformer un moment. Je prends mon café, face à moi la Gruyère. Magnifique paysage, une région que j’aime.

Lac de la Gruyère | loveLifefully | above&below

J’arrive à Pont-la-Ville, descends sur le barrage de Rossens et m’arrête. Le lac de la Gruyère fait partie des lacs dans lesquels je veux aller faire des photos. Le défi est important car les fonds ne sont de prime abord pas très variés. Nous verrons bien. Là, je mets mon vélo dans la voiture que je suis venu chercher pour la ramener à son propriétaire. Ma journée a été optimisée malgré tout.

Retour vers Bulle, puis direction le Bouveret. Deuxième endroit que je suis venu voir. Pour le lac mais également pour les montagnes environnantes. L’été est là. Les gens sont souriants, peu vêtus et affables. De bonne humeur, ils plaisantent volontiers. Malgré la chaleur, l’air est léger, pour quelques instants, les soucis semblent bien loin. Je m’arrête. Je suis venu voir un ami qui tient une crêperie ambulante au bord du lac. Deuxième café, il y ajoute une boule de glace.

Nous parlons de nos projets, échangeons et convenons de nous revoir bientôt. Instant de partage, d’imagination et de rire, chacun écoute l’autre. L’instant se fige dans la douceur d’un après-midi d’été. Rien de spécial mais très particulier, une chance simple, un bonheur renouvelé.

Lac de la Gruyère | loveLifefully | above&below

Je dois déposer la voiture dans la montée en direction de L’Hongrin, chez son propriétaire. Je ressors mon vélo et me prépare à repartir. Mes jambes oscillent entre l’envie de poursuivre et l’appel du retour. Je regarde la vallée en contrebas. Le soleil de l’après-midi ne laisse que peu de place à la douceur, au relief. Il est fort, direct et aplani le paysage. Je décide de poursuivre encore un peu, profiter de cette journée.

Mes jambes sont d’accord, elles sont d’ailleurs souvent des bons coups avec moi. Elles me portent depuis tant d’années, tant de bons moments et d’autres très difficiles. Elles n’ont l’air de rien mais elles sont toujours là, fidèles, me poussant à aller encore et toujours de l’avant, à rencontrer cette prochaine personne, d’aller voir au-delà de ce col. Parfois, elles ne sont pas très contentes, souffrent et me le font savoir. Alors je m’arrête un peu, reprends mon souffle. Et puis, j’y retourne, je poursuis mon chemin.

Dents du Midi | loveLifefully | above&below

Une plongée particulière

A 17h05, je suis de retour à Vevey, je m’arrête au magasin de vélo. J’aimerais faire une petite modification. La porte du magasin est toujours ouverte mais l’heure de la fermeture est passée. J’entre-ouvre la porte, Dominique apparaît, me salue et m’accueille. Nous commençons immédiatement à parler vélo, ces dernières escapades, le comment du pourquoi, le poids, les types de vélo. Les sujets s’enchaînent, une discussion en amène une autre. Je suis venu pour régler ma selle, je repars avec un échange de plus. Nous échangeons une dernière plaisanterie et je le laisse fermer son magasin. Je repars le sourire aux lèvres. La journée fut belle.

De plongée, il n’y en eu point. Si ce n’est dans les mystères de l’être humain, dans la beauté de l’échange, de la recherche de soi. J’étais parti faire des repérages pour mon projet, je reviens avec des envies de lieux, de rencontres et de nature.

Oui, la journée fut belle.